Connu et utilisé depuis la nuit des temps par de nombreuses médecines ancestrales, le Lion’s Mane occupe une place privilégiée dans la pharmacopée orientale.

Mais qu’est-ce que le Lion’s Mane ? 

En occident, l’engouement pour ce champignon médicinal à la drôle d’allure est récent, mais il ne cesse de croître. Il serait en effet bon pour la santé, car bourré de propriétés thérapeutiques.

Dans ce guide, nous vous proposons d’explorer quelles sont les supposées vertus du champignon à la crinière de lion avant de vous donner quelques conseils pour acheter et consommer du Lion’s Mane de qualité.

Table des matières

Qu’est-ce que le Lion’s Mane ?

Le Lion’s Mane, « Crinière de Lion » en français, est un champignon extrêmement populaire en Chine, où il est connu sous le nom de “Houtou”, qui signifie “tête de singe”. Là-bas, il est cultivé en masse pour répondre à la forte demande, aussi bien culinaire que thérapeutique.

En France, il est décrit pour la première fois en 1781 sous le nom de “hydne hérisson” (ou Hericium erinaceus en latin). L’hydne est une espèce de champignon qui regroupe les variétés composées de fines aiguilles à la manière d’un hérisson, d’une crinière de lion … ou d’une tête de singe, selon.

Un délicieux champignon parasite !

Le Lion’s Mane est un champignon parasite qui pousse principalement sur les troncs de feuillus morts, mais on peut également le trouver sur des arbres vivants.

Il peut vivre pendant une quarantaine d’années, et ne fructifie que par intermittence, vers la fin de l’été. Il libère toutefois ses spores en hiver. D’ailleurs, contrairement à de nombreux fungi, le Lion’s Mane ne craint pas le froid ! Il résiste très bien aux basses températures et au gel.

Utilisé depuis la nuit des temps en médecine traditionnelle chinoise ainsi qu’au Japon pour favoriser la clarté mentale, stimuler le Qi et soigner de nombreux maux, c’est également un mets gastronomique. Consommé de préférence les premiers mois, voire les premières années de sa vie, le Lion’s Mane a un goût subtil qui rappelle un peu les fruits de mer. Sa texture est d’ailleurs un peu coriace et caoutchouteuse.

Description du Lion’s Mane

Tout comme le Chaga, le Lion’s Mane est un fungi très spécial, car il n’a ni pied ni chapeau. Il se développe en effet sous forme de touffe serrée de fines épines blanches/ivoires qui pendent vers le bas.

Ses épines, qui ressemblent à des filaments, ont une texture soyeuse et douce. Plus à la manière d’une crinière de lion que d’un hérisson ! Il grandit tout au long de sa vie, pouvant atteindre plusieurs dizaines de centimètres de diamètre. Imaginez un peu vous retrouver nez à nez avec cette boule toute touffue et toute ébouriffée qui pend d’un arbre !

Quelles sont les molécules actives du Lion’s Mane ?

Comme nous l’avons évoqué, le Lion’s Mane est un champignon médicinal très apprécié en Chine pour ses nombreuses vertus. Effectivement, si l’on passe sa composition au microscope, on se rend compte qu’il abrite un véritable petit trésor de molécules bioactives très spéciales !

Parmi les principales et les mieux connues, on trouve :

  • Les héricénones : ce sont des composés chimiques naturels particulièrement intéressants, car ils auraient des propriétés bénéfiques sur les neurones. Ils seraient notamment capables de favoriser la neurogenèse, la naissance des neurones. C’est notamment pour cette raison qu’ils font l’objet de nombreuses études dans le cadre de la recherche de traitement contre les maladies neurodégénératives comme Alzheimer ou Parkinson ;
  • Les érinacines : ils suscitent également l’intérêt de la communauté scientifique, car ils auraient eux aussi des propriétés neuroprotectrices. En effet, ils pourraient stimuler la production de facteurs de croissance neurale (FCN) lesquels jouent un rôle crucial dans la survie des neurones dans le système nerveux central ;
  • Les polysaccharides (également appelés bêta-glucanes) : molécules qui appartiennent à la famille des glucides qui jouent un rôle extrêmement important dans le règne végétal, notamment pour stocker l’énergie ou former des structures. L’amidon et la cellulose sont des polysaccharides. Outre leur usage dans l’industrie alimentaire comme additif, ils sont étudiés pour leurs potentielles propriétés sur le système immunitaire. Ils seraient notamment immunomodulateurs.

Par ailleurs, le Lion’s Mane abrite également :

  • Des acides aminés dont les 8 essentiels ;
  • De la vitamine B2 ;
  • Des minéraux et ainsi que des oligo-éléments : zinc, phosphore, sélénium, fer, potassium ;
  • Des protéines ;
  • Et des fibres.

D’où vient le Lion’s Mane (crinière de lion 🦁​) ?

Le Lion’s Mane pousse dans tout l’hémisphère nord. On le trouve donc aussi bien en Amérique du nord, qu’en Europe ou en Asie.

Ce champignon médicinal est utilisé dans diverses cultures, mais les registres semblent indiquer que c’est en Chine que ses propriétés thérapeutiques ont été découvertes. Il apparaît en effet dans le « Shennong bencao jing » (372-288 av. J.-C.), l’un des plus anciens textes sur la médecine traditionnelle chinoise (MTC), dans lequel il est préconisé pour soulager les troubles digestifs et améliorer les fonctions cognitives.

Par ailleurs, le Lion’s Mane occupe également une place importante dans la pharmacopée de la médecine ayurvédique. En effet, les moines bouddhistes consommaient du thé infusé avec de la crinière de lion avant leurs pratiques méditatives pour favoriser la clarté d’esprit et atteindre le Nirvana.

Pendant longtemps, l’utilisation du Lion’s Mane s’est cantonnée à son utilisation en médecine chinoise, en médecine ayurvédique et en gastronomie japonaise. Cependant, la recherche sur les champignons médicinaux et leurs propriétés s’étant développée de manière significative au cours des dernières décennies, le Lion’s Mane (mais aussi d’autres champignons fonctionnels comme le Cordyceps et le Reishi) n’a pas tardé à se faire un nom au sein de la sphère bien-être occidentale.

Aujourd’hui, il est possible de se procurer du Lion’s Mane un peu partout dans le monde, que ce soit sous sa forme brute, en poudre ou en gélules.

Potentiels bienfaits du Lion’s Mane

À l’instar du Cordyceps, du Chaga ou encore, du Reishi, le Lion’s Mane est un champignon adaptogène. En d’autres termes, il adapte son action en fonction des déséquilibres. Ce type de champignon agit ainsi à différents niveaux et au travers de divers mécanismes biologiques, faisant de lui un remède naturel particulièrement polyvalent.

En effet, les recherches suggèrent que le Lion’s Name aurait de multiples bienfaits, aussi bien que le système immunitaire, que le sur le système nerveux, mais aussi sur le système digestif.

Le Lion’s Name aurait également des propriétés nootropiques, ce qui signifie qu’il pourrait améliorer la fonction cognitive, y compris la mémoire, l’apprentissage, la concentration et d’autres aspects du fonctionnement mental.

Santé neurologique 🧠

Comme nous le disions à l’instant, le Lion’s Mane est considéré comme un agent nootropique, c’est-à-dire, comme un protecteur du système nerveux, et plus particulièrement, des neurones.

En effet, une étude réalisée sur des poulets montre que le Lion’s Mane pourrait favoriser la croissance de nouvelles cellules nerveuses dans le cerveau, la moelle épinière et la rétine des embryons [1]. Comme nous l’avons mentionné un peu plus tôt, le Lion’s Mane contient des érinacines, lesquelles sont capables de stimuler la production de facteurs de croissance neurale (FCN).

Ainsi, le Lion’s Mane pourrait être utilisé dans l’élaboration de traitements pour de nombreuses maladies neurodégénératives telles que la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer. D’ailleurs, une étude réalisée sur des rats révèle que le Lion’s Mane pourrait effectivement se révéler utile, étant donné qu’il pourrait également retarder la mort des cellules neuronales. [2]

Améliorer la santé psychique et la qualité du sommeil avec le Lion's Mane 💤

Les propriétés nootropiques du Lion’s Mane pourraient également constituer une piste sérieuse dans la recherche d’un traitement naturel et sans effet secondaire contre la dépression, le stress et l’anxiété.

En effet, plusieurs études réalisées sur des rats suggèrent que le Lion’s Mane est capable d’agir sur la chimie du cerveau, notamment sur la synthèse de certains neurotransmetteurs impliqués dans la régulation de l’humeur tels que la dopamine (DA), la sérotonine (5-HT) et la noradrénaline (NE). [3]

Une étude menée sur des souris suggère également que le Lion’s Name pourrait induire la croissance de nouvelles cellules neuronales dans l’hippocampe, une région du cerveau qui joue un rôle essentiel dans la régulation de l’humeur, de la mémoire et de la gestion du stress. [4]

Par ailleurs, étant donné que les troubles du sommeil sont majoritairement liés au niveau de stress et d’anxiété, le Lion’s Mane pourrait également aider à réduire les problèmes d’insomnie et améliorer la qualité du sommeil.

Système digestif 🥴

Le champignon Crinière de Lion est traditionnellement utilisé en cas de troubles digestifs en médecine chinoise ainsi qu’en médecine ayurvédique. Certaines études scientifiques se sont penchées sur ses mécanismes d’action et ont tenté de comprendre comment le Lion’s Mane pourrait aider les personnes atteintes de maladies gastro-intestinales.

Il semblerait ainsi que le Lion ‘s Mane pourrait :

  • Rétablir l’équilibre de la flore intestinale via son action inhibitrice sur la Helicobacter pylori, une bactérie gastrique dont la prolifération peut entraîner des troubles digestifs. En effet, certains actifs du champignon empêcheraient l’adhésion de la bactérie aux paroies de l’estomac humain. [5] ;
  • Empêcher la formation d’ulcères gastriques, notamment grâce à l’action des polysaccharidiques, le composant actif de Hericium erinaceus [6] ;
  • Avoir des effets positifs sur les maladies inflammatoires intestinales (MII) telles que la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn via ses propriétés anti inflammatoires et son action sur le microbiote intestinal . [7][8].

Diabète 🍬

Certaines études suggèrent que le Lion’s Mane pourrait avoir plusieurs impacts bénéfiques chez les personnes atteintes de diabète de type 2. L’une d’entre elles, réalisées sur des rats diabétiques, conclut sur plusieurs observations encourageantes.

En effet, la prise prolongée sur 6 semaines de Lion’s Mane entraînerait une réduction de l’intensité des douleurs neuropathiques ainsi que la diminution du niveau de glucose dans le sang. [8]

Par ailleurs, cette étude met également en exergue les potentiels effets antioxydants du Lion’s Mane, ce qui se traduit par une réduction du risque de complications.

Santé cardiovasculaire et Lion's Mane🫀

Plusieurs études se sont penchées sur les potentiels bienfaits du Lion’s Mane sur la santé cardiovasculaire. Deux d’entre d’entre elles [10][11], réalisée sur des rats soumis à un régime riche en graisses, indiquent que le Lion’s Mane :

  • Réduit le taux de cholestérol total (CT), mais aussi le cholestérol des lipoprotéines de basse densité (LDL-C), également appelé “mauvais cholestérol”, ainsi que les triglycérides (TG) ;
  • Augmente le taux de cholestérol des lipoprotéines de haute densité (HDL), également connu comme le “bon cholestérol” ;
  • Diminue le poids corporel via une réduction de la masse graisseuse ;
  • Régule le métabolisme des lipides.

Par ailleurs, les valeurs de l’indice athérogène des rats traités avec le Lion’s Mane indiquent un risque de développer une maladie cardiovasculaire plus faible que chez les rats non traités.

Action anti cancérigène ⚡️

Enfin, le Lion’s Mane pourrait se révéler utile dans la recherche de traitements contre le cancer.

En effet, certaines études réalisées sur des cellules cancéreuses de patients atteints de leucémie montrent que l’héricérine, un composé du Lion’s Mane, pourrait éviter la prolifération de cellules cancéreuses dans l’organisme via un mécanisme d’apoptose, c’est-à-dire, de mort cellulaire [12] ;

Il a également été montré que le Lion’s Mane pourrait tuer les cellules cancéreuses d’autres types de cancers tels que le cancer du foie, le cancer du côlon et le cancer gastrique. Il pourrait également réduire la taille des tumeurs cancéreuses sans induire d’effets toxiques, ce qui le rendrait plus efficace que les médicaments anticancéreux traditionnels.[13]

Le Lion’s Mane est-il sûr pour la santé ?

S’agissant d’un champignon comestible, il n’y a pas de raison de penser que Lion’s Mane puisse être dangereux pour la santé. Par ailleurs, aucun effet secondaire n’a été rapporté suite à sa consommation, ce qui vient confirmer les observations d’une petite étude réalisée sur l’innocuité toxicologique du Lion’s Mane.

Néanmoins, il est bon de garder à l’esprit que les champignons ont la capacité d’absorber les substances qui se trouvent dans le sol via le mycélium. Il est donc très important de sourcer correctement le Lion’s Mane que l’on souhaite consommer et de privilégier un produit issu de l’agriculture biologique.

Par ailleurs, par mesure de précaution, la consommation de Lion’s Mane est déconseillée aux femmes enceintes ou allaitantes ainsi qu’aux enfants. Les personnes qui suivent un traitement devraient consulter leur médecin afin d’éviter toute interaction médicamenteuse.

Nous vous recommandons également de vérifier votre tolérance au Lion’s Mane en commençant par une faible dose.

Comment consommer du Lion’s Mane ?

Il existe plein de façons de prendre du Lion’s Mane ! Tout dépend de ce que vous recherchez, et à quelle fin vous souhaitez le consommer. Pour vous aider à y voir un peu plus clair, voici un tour d’horizon des différentes manières de profiter des potentielles vertus du Lion’s Mane.

Quelle forme galénique ?

Il existe de nombreuses façons de profiter des potentiels bienfaits du Lion’s Mane. Parmi les plus courantes :

  • Les gélules, très pratiques, car elles offrent un dosage précis et peuvent être conservées pendant longtemps, sans précautions particulières ;
  • La poudre est également un moyen pratique de prendre du Lion’s Mane, car elle peut être ajoutée à une boisson ou un plat ;
  • Sous forme de teinture de Lion’s Mane, qui est un extrait liquide concentré que l’on peut également mélanger à une boisson ou un plat ;
  • Et enfin, il est possible de se procurer le champignon frais, pour qui souhaite le déguster en plat.

Quelle posologie ?

En ce qui concerne la posologie du Lion’s Mane, il est essentiel de suivre les recommandations spécifiques fournies par le fabricant.

En effet, les doses optimales peuvent varier en fonction du type de produit, de la concentration de Lion’s Mane et de la forme (poudre, gélules, teinture, etc.). Elles dépendent également de votre état de santé, ainsi que des effets attendus.

Quoi qu’il en soit, il est important de ne pas dépasser la dose recommandée, car une consommation excessive peut éventuellement entraîner des troubles digestifs.

En ce qui concerne la durée d’utilisation, il est généralement recommandé de consommer le Lion’s Mane sous forme de cure d’environ 1 mois.

Où acheter du Lion’s Mane ?

Étant donnée sa popularité, il est assez facile de se procurer du Lion’s Mane, que ce soit sur internet, en boutique (herboristerie, magasin bio, etc.) ou même en parapharmacie.

L’avantage d’acheter du Lion’s Mane sur internet est le prix, car les offres sont généralement plus intéressantes que dans une boutique avec pignon sur rue. Toutefois, il est important de choisir une marque de confiance, capable de transparence vis à vis de ses produits.

L’efficacité du Lion’s Mane : notre avis

Sur le papier, le Lion’s Mane a tout pour plaire : il est bourré de composants potentiellement bons pour la santé, notamment pour améliorer les fonctions cognitives, et les études réalisées sur ses potentielles vertus sont plus qu’encourageantes.

Mais le Lion’s Mane est-il réellement efficace ?

La plupart des avis et des retours d’expérience de personnes qui consomment du Lion’s Mane sont positifs. Nombre d’entre elles rapportent une amélioration de la concentration et de la mémoire ainsi qu’une baisse des niveaux de stress et d’anxiété. Globalement, le Lion’s Mane semble donc être efficace.

Toutefois, cette efficacité reste subjective, dans le sens où aucune preuve scientifique ne vient confirmer les potentielles vertus du Lion’s Mane. Par ailleurs, rappelons que l’auto-médication présente des risques et que rien ne peut remplacer l’avis d’un médecin.

En cas de doute, ou si vous avez des questions, n’hésitez pas à consulter notre équipe experte !

Tous nos produits

Sources :

[1] Les champignons médicinaux crinière de lion, Hericium erinaceus et lait de tigre, Lignosus rhinocerotis (basidiomycètes supérieurs) stimulent la croissance des neurites dans les cellules dissociées du cerveau, de la moelle épinière et de la rétine : une étude in vitro, PubMed

[2] Propriétés neurosanté du mycélium Hericium erinaceus enrichi en érinacines, PubMed

[3] Le mycélium Hericium erinaceus enrichi en érinacine A produit des effets de type antidépresseur en modulant la signalisation BDNF/PI3K/Akt/GSK-3β chez la souris, PubMed

[4] L’extrait d’Hericium erinaceus réduit l’anxiété et les comportements dépressifs en favorisant la neurogenèse hippocampique dans le cerveau de la souris adulte, PubMed

[5] Inhibition in vitro et in vivo d’Helicobacter pylori par des extraits éthanoliques du champignon médicinal crinière de lion, Hericium erinaceus (Agaricomycetes), PubMed

[6] Activité anti-ulcéreuse gastrique de la fraction polysaccharidique isolée de la culture du mycélium du champignon médicinal crinière de lion, Hericium erinaceus (basidiomycètes supérieurs), PubMed

[7] Effets anti-inflammatoires de l’extrait éthanolique du champignon médicinal crinière de lion, Hericium erinaceus (Agaricomycetes), chez les souris atteintes de colite ulcéreuse, PubMed

[8] Les extraits d’ Hericium erinaceus soulagent les maladies inflammatoires de l’intestin en régulant l’immunité et le microbiote intestinal., PubMed

[9] Effet protecteur des extraits éthanoliques d’ Hericium erinaceus sur la douleur neuropathique diabétique induite par l’alloxane chez le rat, PubMed

[10]Le champignon Yamabushitake (Hericium erinaceus) a amélioré le métabolisme des lipides chez des souris nourries avec un régime riche en graisses, PubMed

[11]Effet hypolipidémique de Hericium erinaceum cultivé dans Artemisia capillaris sur des rats obèses, PubMed

[12] Isolement et identification des composés aromatiques du champignon crinière de lion et de leurs activités anticancéreuses, PubMed

[13] Potentiel anticancéreux des extraits d’Hericium erinaceus contre les cancers gastro-intestinaux humains, PubMed

[14] Évaluation de l’innocuité toxicologique de Hericium erinaceus enrichi en érinacine A dans une étude d’alimentation orale de 28 jours chez des rats Sprague-Dawley, PubMed